Diversité culturelle dans le nord de la Russie : République de Komi

Nice, Biennale russe 2014 "Cultures plurielles"

du 4 au 9 février : semaine komie


La « semaine komie » organisée à Nice en février 2014 fait suite à un festival de théâtre qui a eu lieu en novembre 2009 à Syktyvkar, où le Théâtre niçois de Francis Gag a joué une pièce de son répertoire en langue niçoise tandis que le Théâtre national de Komi donnait un spectacle en langue komie. Cette rencontre a mis en évidence des similitudes et des divergences entre le développement du théâtre en langue « régionale » en pays komi et en pays niçois. Dans les deux cas, les langues locales en usage depuis des siècles sont devenues minoritaires au cours du XXe siècle en résultat d’une politique de dévalorisation face à une langue extérieure dominante. L’expérience comparée des Komis et des Niçois, d’abord incongrue, s’est avérée très enrichissante pour la connaissance des arts du spectacle en langue minorée dans des contextes historiques et politiques différents.

Dans le cadre de cette semaine, un colloque international permettra d'approfondir ces questions, et des spectacles seront représentés en niçois et en komi.


"Théâtre en langue minorée", colloque international

Jeudi 6 et vendredi 7 février 2014, 9h-18h, au théâtre du grand château de Valrose (Université de Nice-Sophia-Antipolis), 28 avenue de Valrose.

Le colloque réunit deux types d’exposés. D’une part, des chercheurs présenteront leurs travaux, théoriques ou appliqués, afin de partager leurs résultats et de favoriser le dialogue interdisciplinaire et international. D’autre part, des artistes d’horizons variés apporteront des témoignages, afin d’alimenter les réflexions par des expériences de terrain. L’ensemble de ces interventions et les discussions qu’elles susciteront permettront de dresser un état des lieux et de dégager des résultats (rapprochements, écarts, nouvelles pistes de recherche), notamment en pays niçois et komi, plus généralement en France et en Russie, ainsi que dans d’autres région d’Europe.

Outre quelques interventions générales (en particulier pour présenter la Russie finno-ougrienne et le pays komi), voici quelques thèmes à aborder : situation du théâtre niçois par rapport à l’Occitanie, du théâtre komi par rapport à la Russie finno-ougrienne, études historiques et contemporaines sur d’autres langues de France et de Russie, rôle de la langue dans la construction identitaire, thématiques du théâtre en langue minorée, problématiques de traduction, rapport centres-périphéries, théâtre et éducation, influences croisées, rapport à l’oralité, à la sacralité, effets des diverses politiques linguistiques et culturelles en Europe…

Comité scientifique :
•    Eva Toulouze, maître de conférences (CREE, Inalco, Paris), présidente de l’Adéfo.
•    Igor Zubov, maître de conférences (Institut des Sciences humaines de Mordovie, Saransk).

(Programme provisoire)

Jeudi 6
Ouverture par les organisateurs et les partenaires

Le théâtre en langues minorées d’Europe et de Russie, hier et aujourd’hui (1)
Traduction et adaptation

La musique et la scène

Vendredi 7

Artistes et compagnies d'aujourd'hui
Le théâtre en langues minorées d’Europe et de Russie, hier et aujourd’hui (2)

Initiatives institutionnelles

Conclusion


Musique

Ensemble Parma
Jeudi 6 février, 18h30, au Conservatoire national à rayonnement régional.
Dimanche 9 février, 12h, à l'Hippodrome de la Côte d'Azur.

Ensemble folklorique et ethnographique fondé en 1987 à Syktyvkar (capitale de la République de Komi, Russie).

« Parma », c’est la taïga komie, cette forêt vierge boréale formée de conifères et de bouleaux qui s’étend dans le grand nord de l’Europe jusqu’à la lisière de la toundra. Peuplée de coqs de bruyère et de faucons, de renards et de zibelines, mais aussi d’ours bruns et de loups, elle est parcourue par des rivières au bord desquelles se sont formés les villages. Les Komis, qui ont longtemps vécu de pêche, de chasse, de cueillette et du commerce des fourrures, ont développé un folklore original, lié à leur environnement naturel et à leur vision du monde, christianisme imprégné d’animisme.

L’ensemble Parma s’est donné pour mission de faire vivre ce patrimoine, avec un répertoire double : d’une part, la musique traditionnelle komie ; d’autre part, des compositions contemporaines d’inspiration traditionnelle. Cette initiative passe par l’usage des instruments traditionnels komis, à vent, à cordes frottées, à percussion, fabriqués généralement en bois ou en roseau. Plusieurs de ces instruments ont la particularité d’imiter les sons de la nature : eau, oiseaux, vent, feuillages. 

Les artistes chantent en komi. Musiciens, chanteurs, danseurs, les membres de l’Ensemble Parma assurent aussi l’accompagnement musical des spectacles du Théâtre national de la République de Komi.



Théâtre

Soirée Tchekhov : Una demanda en matrimoni & L’escaramoucha
Jeudi 6 février 2014, 20h30, au Théâtre Francis-Gag, rue de la Croix.
Par le Théâtre Niçois de Francis Gag.
Deux comédies en un acte de Laurent Térèse, adaptées d’Anton Tchekhov.

Una demanda en matrimoni (2006).
Comté de Nice, début du XXe siècle. Maragarida, au caractère bien (trop ?) trempé, est éprise de Batistin, voisin maladif voire hypocondriaque. Ils pourraient se marier, sans ce fâcheux terrain, dont l’origine de propriété se perd dans de lointaines querelles de voisinage...
Una demanda en matrimoni a été jouée en novembre 2009 au Théâtre national de la République de Komi, à Syktyvkar, où elle a obtenu le Prix spécial de l’amour de la littérature russe.

L’escaramoucha (2012).
Nice, début du XXe siècle. La charmante veuve. Le créancier coléreux. Le vieux domestique, coincé entre les deux. Une histoire d’argent ?


L’âme de la taïga
Samedi 8 février 2014, 20h30, au Théâtre Francis-Gag, rue de la Croix.
Par le Théâtre National Komi (Syktyvkar, Russie).
En komi et russe, avec traduction française.
 

Entre tradition et modernité, le spectacle musical L’âme de la taïga s’inspire de l’épopée nationale komie, Biarmia, composée par Callistrate Jakov en 1916. La « taïga » en question, c’est la parma, la forêt vierge boréale formée de conifères et de bouleaux qui s’étend dans le grand nord de l’Europe jusqu’à la lisière de la toundra. Peuplée de coqs de bruyère et de faucons, de renards et de zibelines, mais aussi d’ours bruns et de loups, elle est parcourue par des rivières au bord desquelles se sont formés les villages. Les Komis, qui ont longtemps vécu de pêche, de chasse, de cueillette et du commerce des fourrures, ont développé un folklore original, lié à leur environnement naturel et à leur vision du monde, christianisme imprégné d’animisme.
L’âme de la taïga (en komi : Parma lov) raconte les aventures du prince Iaura. Au bout de son voyage initiatique en Biarmie, vaste contrée de l’Europe arctique, il rencontre sa future épouse, la belle Raïda, qu’il va devoir enlever pour célébrer la noce rituelle. Musique, décors et mise en scène puisent dans le folklore pour créer un spectacle « ethnofuturiste » original et propulser l’âme komie dans le monde artistique du XXIe siècle.

Mise en scène de Svetlana Gortchakova ; musique de Mikhaïl Bourdine ; décors de Pavel Mikouchev ; costumes d’Irina Arsentieva ; chorégraphie de Tatiana Bourilova et Viktor Polejaïev ; avec les artistes de l’Ensemble Parma.



Exposition

Vassili Ignatov : Légendes komies
Jeudi 6 et vendredi 7 février 2014, 9h-18h, au Grand Château de Valrose (Université de Nice), 28 avenue de Valrose.
Neuf récits mythologiques de la tradition populaire komie, illustrés par le peintre Vassili Ignatov (1922-1998). 48 reproductions de dessins seront exposées, avec des commentaires en français et en russe. 

Comité d’organisation :
•    Sébastien Cagnoli, traducteur (Nice), doctorant (CREE, Inalco, Paris), secrétaire de l’Adéfo
•    Hélène Metlov (Maison de la Russie & Perspective Internationale, Nice)
•    Olivier Pasquetti (CTEL, Université de Nice)

En coopération avec Perspective Internationale, La Maison de la Russie à Nice, l’Association pour le Développement des Études Finno-Ougriennes (Paris), le Théâtre Niçois de Francis Gag, la Ville de Nice, l’Association Antibes-jumelages, le Club Ambassadeur (Antibes), l’Association France-Russie (Menton), la Datcha Kalina (Aix-en-Provence), l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Paris), l'Université de Nice-Sophia-Antipolis, la Maison d'Europe et d'Orient (Paris)…