Aurélien SAUVAGEOT

Un linguiste dans son siècle
Mémoires, 1897-1954

ADÉFO / L'Harmattan, juin 2020, 568 p., 42 € (adhérents : 31,50 €). ISBN : 978-2-343-20430-7.



   
Le linguiste Aurélien Sauvageot (1897-1988), fondateur des études finno-ougriennes en France, fut aussi un citoyen engagé et un observateur attentif des événements de son temps.
   Au cours de sa traversée du siècle, il a été le témoin souvent direct des grands bouleversements dont les effets ne finissent pas de se répercuter jusqu’à nous. Il en rend compte dans cet ouvrage avec un regard critique qui parfois surprend mais toujours interroge.
   Après une enfance à Constantinople, lycéen à Paris, il a vu partir les taxis de la Marne. Étudiant en Suède, il a été plusieurs fois officieusement chargé de missions diplomatiques, notamment en Norvège, en Finlande et en Estonie. Normalien au lendemain de la Première Guerre mondiale, il décrit l’atmosphère intellectuelle et les divertissements de la jeunesse étudiante de cette époque. Membre de la SFIO, il se rappelle le congrès de Tours, les erreurs du traité de Versailles, les promesses de la Société des Nations. À la fois fervent catholique et franc-maçon, il a également servi dans la Marine. Sur son chemin, il a eu pour condisciples, pour camarades ou pour collègues nombre d’éminents acteurs de la vie politique et culturelle. Des Allemands, des Hongrois, des Scandinaves, des Finlandais. De grands Français aussi : Jean Prévost, Jean Mistler, Georges Duhamel, Paul Rivet, Boris Vildé… Et d’autres moins glorieux, mais qui, lorsqu’il fit leur connaissance, ne s’étaient pas encore fourvoyés sur les chemins du pire : Pierre Laval, Pierre Pucheu, Marcel Déat, Paul Schack, l’amiral Darlan…
   Pendant l’Occupation, cultivant des amitiés anciennes et fréquentant les représentants des pays dont il enseignait les langues, il recueillait des informations.
   Au lendemain de la guerre, parallèlement à ses enseignements à l’École des langues orientales, il dirigea les émissions en langue hongroise de la Radiodiffusion française.
   S’il est assez peu question des langues et de la linguistique dans ces pages, Aurélien Sauvageot évoque toutefois en détail son rôle dans l’élaboration du « français élémentaire » qui déclencha en son temps des polémiques.
   Ses mémoires offrent un point de vue singulier et passionnant sur la complexité du vingtième siècle.
 

Règlement par chèque ou virement bancaire. Pour toute commande : ADÉFO – 2 rue de Lille – F-75343 Paris Cedex 7 – adefo@adefo.org